La Passe-Miroir tome 2 : Les disparus du Clairdelune de Christelle Dabos

Ayant lu le premier tome de la saga La Passe-Miroir il y a quelques mois déjà, je n’ai pas pu vous faire un article dessus. Pour résumer, laissez-moi dire que j’aime cette histoire d’amour fou, passionné et intarissable. Je bassine tout le monde avec ces livres car pour moi l’auteur Christelle Dabos a une créativité au niveau du récit et de l’écriture sans limite.

Je suis tombée tellement amoureuse de ce tome 2 que je ne sais pas par où commencer. Certainement par un petit résumé, toujours sans spoiler. Dans le premier tome, nous découvrions Ophélie qui est une jeune femme banale ne prêtant pas attention à son apparence, timide, assez sauvage et maladroite originaire de l’arche d’Anima. Elle est dotée de deux pouvoirs peu ordinaires, le fait de pouvoir traverser les miroirs et se rendre à différents endroits ainsi que lire l’histoire des objets à leur contact. Elle est fiancée à un étranger, Thorn dont le personnage est aussi froid que l’arche dont il est originaire : le Pôle. Suite à ces fiançailles diplomatiques, Ophélie va s’installer chez son futur mari où elle va découvrir la Cour et l’esprit de famille Farouk. Après avoir eu un premier contact avec les complots et les vices de la Cour dans le tome 1, le tome 2 nous réserve bien des surprises. Des disparitions inquiétantes et inexpliquées surviennent au Clairdelune, l’endroit le plus sécurisé de toute l’arche, des meurtres glauques, des complots à tour de bras. Qui est derrière tout ça ? Cela a-t-il un lien avec le Livre de Farouk qui est indéchiffrable. Cache-t-il un secret ?

Ce livre appartient au genre dystopique, en effet les Arches se sont formées après la destruction de l’Ancien Monde lors d’une période qu’on appelle la Déchirure. Ce qui me frappe et m’émerveille le plus c’est que cet univers a été créé de toute pièce par l’auteur. On y retrouve des civilisations qui se distinguent par leurs modes de vies, leurs coutumes et leurs pouvoirs. Des personnages qui prennent vie sous la plume de l’auteur, des descriptions si bien détaillées que je me suis forgé une image claire et nette de ce à quoi ressemblent Ophélie, Thorn, Bérénilde et bien d’autres. Je me suis attachée à ces personnages bien qu’ils aient tous de gros défauts et qu’ils soient loin de la perfection. C’est drôle quand on pense à toutes les autres dystopies où l’héroïne est belle, elle est parfaite, c’est elle l’élue, c’est elle qui va sauver le reste de l’humanité. Ici, on fait face à une vraie personne, l’âme d’Ophélie est ce que je préfère dans toute l’histoire. Elle est humaine, authentique et même si elle change au fil du temps, elle reste fidèle à ce qu’elle est et n’oublie jamais ses valeurs.

Si je dois trouver un défaut à ce tome 2, c’est sans hésiter sa structure. J’avoue que j’ai eu du mal à voir la fin des trois premiers quarts, malgré ma passion incendiaire pour cette histoire. J’ai trouvé cela un peu long, je ne comprenais pas bien où l’auteur voulait en venir, au final ça ne débouchait pas sur grand chose. Cela permet juste d’augmenter le suspens de manière sadique car tout se joue dans les cent dernières pages. Ça ne m’a pas empêché d’adorer lire tous ces détails et ces petites intrigues mais j’ai un peu décroché aussi à certains moments…

La couverture est d’une beauté et d’une sobriété, ce dessin pour moi représente la ville des Sables-d’opale qui est au bout de l’Arche du Pôle. Elle est aussi représentative de ma difficulté à aborder ce second tome. les deux tiers de l’histoire se déroulent à la Citacielle, le déplacement d’Ophélie au lieu de son mariage met énormément de temps à venir. Au final la couverture ne représente que la ville du dernier tiers de l’histoire. Ce que je trouve paradoxal, même si c’est dans ce lieu que tout ce joue, ce n’est pas le lieu primaire.

Les cent dernières pages en revanche ont fait battre mon cœur à cent à l’heure. On obtient les réponses à certaines questions mais aussi de nouvelles interrogations se posent. J’ai trouvé le dénouement palpitant et écrit avec une finesse, pour moi c’est l’apogée de ce second tome. Il faut le lire pour comprendre. Comme quoi, il faut parfois aller jusqu’au bout des choses parfois pour apprendre par la suite à les savourer.

Malgré le point négatif que j’ai souligné, cette saga La Passe-Miroir est une de mes favorites pour le moment et je vous la conseille énormément.

 

En résumé :

  • Couverture : ★★★
  • Intrigue : ★★★★
  • Style : ★★★★★
  • Personnages : ★★★★★

 

Prenez soin de vous, bonnes lectures.

Geekali ♡

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s